#7 Gabriela Crainic

Gabriela : l’optimisme, la passion et le chocolat

par Madalina Alexe

Gabriela Crainic est cadre dans un groupe de télécommunications implanté à Timisoara (dans l’ouest de la Roumanie). Au début des années 2000, Gabriela a vécu pendant trois ans en France, où elle s’est formée dans le domaine de la communication et des relations publiques. Cette riche période a marqué le parcours de la jeune femme à jamais. Pour se souvenir du raffinement et de l’art culinaire français, Gabriela a lancé Let’s Chocolate – une invitation à la gourmandise et au savoir-vivre, à la française.

parc

L’expérience française

Il y a 10 ans, Gabriela est venue en France, poursuivre ses études en tant qu’étudiante Erasmus à l’Université de Toulouse Le Mirail. “La France (et les Français) ne peuvent pas te laisser indifférent : soit on les adore, soit on les déteste. Ce pays me fascinait depuis longtemps, avec son histoire, son art culinaire, son cinéma, sa personnalité, son élégance”, avoue Gabriela. Dès la rentrée 2004, elle entamait un master en communication, au sein du Centre européen universitaire à Nancy : “Je n’ai pas eu de barrières de langue et cela a certainement accéléré mon intégration à la fac. J’ai voyagé un maximum, j’ai expérimenté la cuisine française, j’ai participé à des événements culturels… j’ai vécu en France, parmi les Français, et ça a été une expérience merveilleuse”. Un an plus tard, Gabriela est arrivée à Paris, pour effectuer son stage de fin d’études dans une agence RP, spécialisée dans les domaines de la santé et du vin : “Un mois après le début de mon stage, on m’a proposé un CDI. L’offre m’a rendue fière de moi et j’ai été très agréablement surprise, mais je ne sais pas si ça m’a rendue vraiment heureuse. Mon projet au départ était de faire mes études en France et de retourner en Roumanie par la suite”. Gabriela a finalement accepté le poste de chargée de communication proposé par l’agence Greenwich : “J’étais consciente du fait que j’avais beaucoup de choses à apprendre dans le domaine des relations publiques”.

Le retour acasa

Un an plus tard, Gabriela a décidé de retourner chez elle, à Timisoara : “J’ai pris cette décision pour des raisons personnelles. Je savais que la France serait toujours là et que je pourrais y revenir, mais la famille était plus importante pour moi, ainsi que le rêve de réussir dans mon pays”. A Timisoara, Gabriela est embauchée dans une agence de recrutement : “Au début, ils ont voulu me tester et m’ont proposé le poste d’assistante d’agence, les lettres de recommandation n’étaient pas suffisantes…

Les années passées en France et l’expérience acquise à Paris ont eu une claire influence sur le parcours professionnel de la jeune femme : “Ma première responsable a été une Française. C’est grâce à elle que j’ai appris à organiser ma journée de travail, à écrire un communiqué de presse, adresser une invitation à un journaliste ou organiser une conférence de presse”. Au sein de l’agence roumaine, l’évolution de Gabriela a été rapide et ses collègues ont vite remarqué qu’elle était différente “Ils ont noté que j’avais une autre attitude par rapport au travail, que j’étais organisée et sérieuse”.

Aujourd’hui, Gabriela Crainic est responsable marketing au sein de la société Alcatel-Lucent. A 31 ans, elle ne s’est pas arrêtée ici et a tenu absolument à apporter un bout du raffinement français à Timisoara.

Let’s chocolate !

Let’s chocolate est né le 15 novembre 2012 et, malgré son nom, c’est un clin d’oeil de Gabriela à la culture culinaire française : “C’est en France que j’ai appris à savourer le chocolat, à l’apprécier pour son arôme et non pas pour le sucre, raconte Gabriela. A mon retour en Roumanie, je n’ai plus retrouvé la même qualité, ou quand je la trouvais, il fallait payer le prix fort”.

En 2011, au Salon du chocolat de Paris, Gabriela a fait une rencontre qui a bouleversé sa vie : “J’ai fait la connaissance de Joël Patouillard, Chocolatier Meilleur Ouvrier de France. Ses produits sont surprenants, pleins de couleur et de fantaisie. Je voulais préparer aux gens de Timisoara une offre unique !”. Avec des produits venant directement de Privas (Rhône-Alpes), Let’s Chocolate accueille ses clients roumains, serbes, français, belges, allemands, dans une ambiance détendue et chaleureuse.

Le Salon du chocolat est l’occasion parfaite pour Gabriela de renouer avec la capitale française

Le Salon du chocolat est l’occasion parfaite pour Gabriela de renouer avec la capitale française

Les Français en quelques mots…

Pour Gabriela, les Français sont “respectueux, heureux, pleins de vie, fiers d’eux (peut-être un peu trop parfois), radins (ils utilisent tout le temps l’expression “moins cher” et jamais “bon marché”), ils aiment émettre une opinion sur tout, mais ils ont le savoir-vivre et un raffinement inné. Ils ont un héritage lourd, mais solide. Je les trouve également superficiels parfois : pourquoi ils ont autant de mal à comprendre que, tout comme eux ont des difficultés sociales majeures, nous avons aussi du mal à intégrer nos minorités ethniques ?”.

Les Roumains, eux…

Les Roumains sont heureux à l’heure du repas, tristes en allant au travail, ils ne trouvent pas le temps pour leurs amis, ils se révoltent dans leur coin mais ne sont jamais unis pour soutenir un droit commun, ils affirment ne pas avoir de valeurs, mais apprécient les non-valeurs, ils manquent de volonté et d’espoir. Malgré tout, je les aime, et à travers ce que je fais, j’essaie de les convaincre que la vie est belle”.

La France vue de Timisoara

“Chacun d’entre nous est un ambassadeur, même s’il n’est pas facile de se substituer à l’impuissance et au manque d’engagement de l’Etat roumain”

“Chacun d’entre nous est un ambassadeur, même s’il n’est pas facile de se substituer à l’impuissance et au manque d’engagement de l’Etat roumain”

Traditionnellement, la France a toujours été un pays ami pour les Roumains. Pourtant, depuis quelques années, les relations diplomatiques entre les deux pays semblaient ne pas aller dans la bonne direction. Depuis peu, les choses sont rentrées dans la normalité : “Les activités organisées dernièrement par l’Institut culturel français à Timisoara contribuent à la promotion de la culture française parmi les jeunes, explique Gabriela. Les échanges universitaires entre les deux pays sont aussi essentiels. La Roumanie a une mauvaise image, mais les Français qui arrivent à connaître ce pays tombent sous son charme. Chacun d’entre nous est un ambassadeur, même s’il n’est pas facile de se substituer à l’impuissance et au manque d’engagement de l’Etat roumain”.

Depuis Timisoara, Gabriela a souhaité rappeler aux Roumains : “Le bonheur est un choix. Il est vrai que c’est peut-être plus facile de trouver le bonheur dans un pays occidental. Mais il faut être heureux quand on travaille, quand on est entouré par nos proches, ou quand on se régale avec du chocolat. Je vous invite tous à trouver votre coin de bonheur, que ce soit en France ou en Roumanie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s