Cultures du monde/Manifestations

Autour d’un café avec Irina Margareta Nistor

par Nausica Baciu

Critique de cinéma et traductrice, productrice radio et télé, organisatrice de festivals de film en Roumanie, Irina Margareta Nistor était de passage à Paris en ce début d’année, invitée du My French Film Festival – premier festival de films en ligne. Café des Roumains a profité de l’occasion pour en savoir plus sur cet événement suivi par les cinéphiles du monde entier et prendre des nouvelles de cette personnalité attachante du cinéma roumain : Irina Margareta Nistor

 

Café des Roumains : Comment se déroule votre visite à Paris ?

nistorfleurs

Irina Margareta Nistor à Paris, invitée du My French Film Festival

Irina Margareta Nistor : Je suis très heureuse d’être de retour à Paris, mon objectif a été de suivre les interviews organisées par UniFrance avec des cinéastes qui vont lancer leurs films en Roumanie prochainement. C’est ainsi que j’ai réussi à avoir une discussion intéressante avec le réalisateur Benoît Jacquot, qui avait présenté à Berlin sa comédie dramatique « Le journal d’une femme de chambre », un remake d’après le livre de Octave Mirabeau. J’ai profité de cette occasion pour lui lancer officiellement l’invitation de participer à la prochaine édition du Festival de Psychanalyse et Film, qui aura lieu en décembre prochain à Bucarest.

La rencontre la plus inédite a été sans doute avec Sylvie Testud. Son roman « C’est le métier qui rentre » a été parodié brillamment par la réalisatrice Diane Kurys. Il s’agit d’une pétillante comédie sur les coulisses des tournages, dans laquelle on retrouve Josiane Balasko en tant que productrice autoritaire sous le nom de Brigitte… Ceausescu. Je vous invite à découvrir le film et j’espère surtout le présenter en Roumanie également.

 

Café des Roumains : Quels genres de films sont à l’affiche dans le cadre du My French Film Festival ?

Irina Margareta Nistor : My French Film Festival a été lancé d’une manière tout à fait spectaculaire – au pied de la tour Eiffel, là où se trouvait le jury pour choisir les meilleurs films à diffuser tout au long du festival, du 18 janvier au 18 février 2016. C’est déjà la 6ème édition et je peux vous recommander comme titres : « Henri Henri » dans la catégories French Kiss, « Un français » dans In Your Face, « Un peu, beaucoup, aveuglement » faisant partie de Paris Comedy, « Ascenseur pour l’échafaude », signé par Louis Malle et « Coup de Chaud » de Raphël Jacoulot. Le jury a été exceptionnel, avec l’atypique Nicolas Winding Rein, en tant que Président, venu spécialement de Danemark, David Robert Mitchell des États Unis, ainsi que trois cinéastes français : Felix Van Groeningen, Marjane Satrapi et Valérie Donzelli.

IMN

Irina Margareta Nistor : « J’adore voyager et me dois de récupérer les 33 ans pendant lesquels le régime totalitaire m’a refusé ce droit »

 

Café des Roumains : Quels sont vos projets pour l’année 2016 ?

Irina Margareta Nistor : Je  vais continuer à participer aux festivals internationaux et notamment à assister à des séances de projections du documentaire « Chuck Norris versus Communism » de Ilinca Calugareanu, qui a été lancé l’an dernier au Festival Sundance et présenté à Toronto, Los Angeles, Edimbourg, Londres, Berlin. Il traite d’un sujet passionnant sur une période où les cassettes vidéo étaient la seule possibilité d’être connecté au reste du monde, à une époque où il n’y avait qu’une seule chaîne de télévision en Roumanie, avec une ou deux heures de transmission.

Je serai aussi impliquée dans la sélection de courts métrages pour le Festival DaKino (25ème édition) et pour Anonimul (qui se tient dans le Delta du Danube). Je préparerai évidemment le Festival de Psychanalyse et Film, arrivé à sa 5ème édition.

Café des Roumains : Avez vous eu l’occasion de vivre à l’étranger ?  

Irina Margareta Nistor : Je n’ai jamais vécu à l’étranger mais j’adore voyager car je me dois de récupérer les 33 ans pendant lesquels le régime totalitaire m’a refusé ce droit, en principe, inaliénable.

turta

En toute confidence, il faut savoir que cette grande dame du cinéma roumain reçoit chez elle tout invité avec un bon café à la turque accompagné d’un pain d’épices traditionnel roumain

Café des Roumains : Un dernier mot que vous souhaitez adresser à nos lecteurs ?

Irina Margareta Nistor : J’encourage les Roumains qui vivent en France de se réjouir totalement de cette liberté et les invite à trinquer une coupe de champagne avec un macaron, ou un café crème, pourquoi pas le deux ensemble (rires). Plus sérieusement, j’espère de tout coeur que tout ira bien pour eux. Mais avant de consommer ces délicieux produits de la gastronomie française, je leur conseille d’aller voir un film au moins une fois par semaine et d’essayer de voir une pièce de théâtre tous les mois. Avis de passionnée !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s