Europe

Eurovision 2015 : Voltaj en lice pour la grande finale

par Nausica Baciu

Le groupe Voltaj représentera la Roumanie à la 60ème édition du concours Eurovision, qui se tient cette année à Vienne en Autriche, suite à la victoire de Conchita Wurst en 2014. De la capat”/All over again – la chanson de Voltaj, choisie par le public roumain – raconte l’histoire d’un petit garçon qui grandit loin de ses parents, contraints de partir travailler en Autriche. Une situation liée à l’actualité en Roumanie, où plus de 80 000 enfants vivent loin de leurs parents immigrés dans les pays de l’Europe de l’Ouest. Nous avons discuté avec Calin Goia, le soliste du groupe Voltaj, à J – 10 de la première demi-finale de l’Eurovision 2015.  

Café des Roumains  : Vous dédiez la chanson « All over again » aux Roumains de la diaspora et nous vous en remercions. Pourquoi avez vous choisi la thématique de l’immigration ou plutôt de l’exode des Roumains vers l’Europe occidentale ?

Calin Goia : La principale source d’inspiration pour la chanson a été l’amour pour nos enfants. Nous avons eu la chance de rencontrer le réalisateur Sabin Dorohoi et de découvrir son court métrage sélectionné à Cannes  en 2014, Way of the Danube (Calea Dunarii). Ce fut l’occasion de compléter  et d’élargir  notre point de départ pour cette chanson, car elle est en osmose avec les images du film. Le nombre de cas d’enfants roumains, dont les parents sont partis travailler à l’étranger, est impressionnant. Nous avons voulu ainsi alerter la communauté roumaine  et l’opinion publique de cette situation.

Café des Roumains : Quelles seraient, d’après vous, les principales conséquences de cette immigration massive sur la société roumaine ?

Calin Goia : Je ne me sens pas assez compétent et informé sur le sujet mais une chose est sure – nous devons trouver des solutions pour que ces enfants ne restent plus seuls. Évidemment, les parents qui partent à l’étranger n’ont pas d’autres solutions, il faudrait au moins qu’ils soient aidés pour pouvoir emmener leurs enfants avec eux dans les pays d’accueil. Mais ce que j’espère de tout cœur est qu’ils reviendront définitivement un jour ici, en Roumanie.

Café des Roumains : Vous avez déclaré récemment que vous voudriez changer l’image négative des Roumains en Europe. Pourquoi ? Avez-vous eu des expériences négatives en tant que Roumain dans un pays étranger ?

Calin Goia : Dans la presse étrangère, il y a souvent des articles négatifs sur les Roumains. Le plus triste c’est que ces articles traitent seulement des cas singuliers, en oubliant les exemples de réussite de la diaspora. Personnellement, j’ai toujours été fier de mes origines et je parle le roumain à l’étranger… je n’ai pas eu d’expériences négatives. Mais, j’ai rencontré des Roumains qui cachaient volontairement leur identité. Je ne crois pas que c’est une bonne solution, bien au contraire.

Café des Roumains : Les Roumains de la diaspora sont souvent victimes de discrimination dans les pays occidentaux. Comment sont-ils vus en Roumanie ?

Calin Goia : Un journaliste à la télévision roumaine m’a demandé pourquoi je vantais dans nos chansons les mérites des « Capsunari » (cueilleurs de fraises, terme péjoratif utilisé en Roumanie pour désigner les émigrés roumains, ndlr). Cela m’a rendu fou de rage. Si nous sommes incapables de nous respecter entre nous, que peut–on attendre des autres ? J’ai été très indigné par cet épisode, mais la plupart de nos concitoyens et la presse également comprennent à quel point il est difficile de s’exiler et de rompre avec ses racines.

Café des Roumains : Qu’en est-il des Français expatriés en Roumanie ? Comment y sont-ils intégrés ?

Calin Goia : Difficile pour moi de vous en parler car je ne les côtoie pas forcément. Ce que je sais c’est qu’à cause du communisme et de la pauvreté, nous avons développé un complexe d’infériorité vis-à-vis des étrangers. Il faudra plusieurs années (voire générations) pour effacer ce sentiment. En tout cas j’espère que les Français se sentent bien en Roumanie. Je crois qu’ils sont bien intégrés et appréciés par la population roumaine.

Café des Roumains : Un message pour les lecteurs du Café des Roumains –  10 jours avant la demi-finale de l’Eurovision ?

Calin Goia : Chacun a le droit de faire son chemin et choisir sa vie. Mais ici ou ailleurs, n’oublions pas nos racines ! Le message de la chanson  « All over again » s’adresse aux enfants qui méritent une deuxième chance près de leurs parents. Ils ne doivent pas être seuls, parce que cela laisse des traces importantes.

Rendez-vous avec Voltaj le 19 mai pour la première demi-finale de l’Eurovision. Et n’oubliez pas de voter >>

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s