Cultures du monde/Je suis Roumain (aussi)

« Crion chez Cristina » le spot branché de la gastronomie roumaine

Originaire de Constanta, ville balnéaire dans le sud-est de la Roumanie, Cristina a toujours été passionnée par la gastronomie et la restauration. En 2004, elle ouvre son premier restaurant de spécialités roumaines en plein coeur de Paris. Depuis 2013, Crion chez Cristina accueille une clientèle franco-roumaine de plus en plus jeune et avide de nouveauté, dans le 18ème arrondissement de la capitale. A la carte : plats traditionnels roumains, expositions photo ou peinture et une ambiance de fête sur les rythmes des musiciens tsiganes.

“J’ai toujours essayé de bien vendre et notre culture et notre image auprès des clients et de ma collègue associée même"

« J’ai toujours essayé de bien vendre et notre culture et notre image auprès des clients et de ma collègue associée même »

 

Dès 9h du matin, Cristina se rend dans son restaurant franco-roumain situé au 9 rue Boucry dans le dix-huitième arrondissement de Paris. La jeune brune à la coupe courte nous accueille avec un large sourire, une poignée de main ferme et un expresso bien chaud. Avec Magalie, son associée, elle concocte le menu de la semaine : “On travaille à l’ardoise, explique Cristina. Chaque semaine on se creuse la tête pour trouver de nouvelles idées et proposer une carte différente”.

 

Arrivée en France en 2002, Cristina a découvert sa passion pour la gastronomie depuis toute jeune : “Pendant mes vacances scolaires, j’ai travaillé dans des restaurants au bord de la mer, dans la région de Constanta. J’ai toujours aimé la restauration”. En 2004 et après avoir découvert le monde de la gastronomie française, notamment à l’école parisienne Lenôtre, Cristina décide d’ouvrir son propre restaurant de spécialités roumaines, dans le quartier du Sentier : “Pendant 6 ans, l’affaire a très bien marché, se souvient la jeune cheffe, non sans fierté. Les Roumains étaient très contents d’avoir les sarmale, mititei ou polenta en plein coeur de Paris”.

Crion Chez Cristina accueille actuellement deux expositions photo sur le thème du voyage, signées par des artistes du quartier

Crion Chez Cristina accueille actuellement deux expositions photo sur le thème du voyage, signées par des artistes du quartier

 

Depuis février 2013, Crion chez Cristina se trouve dans le 18éme arrondissement et propose des plats “tout faits maison” :

“Dans la semaine, nos principaux clients sont les entreprises du quartier – Cap 18 (maison d’édition et imprimerie), Pôle Emploi, la SNCF ou des entreprises du BTP”, explique Magalie, en charge du service en salle. “Il y avait une attente dans le quartier, poursuit Magalie. On y retrouve beaucoup de brasseries, de restaurants asiatiques, de kebabs… Des petits plats mijotés comme chez nous, c’était attendu”.

 

Les vendredis et samedis soir, l’ambiance “déjeuner de travail” disparaît pour laisser la place aux soirées tsiganes et à la cuisine traditionnelle roumaine. Depuis son arrivée en France, Cristina a toujours été en contact avec des musiciens tsiganes à Paris : “En 2002, je travaillais dans un restaurant français dans le 16ème arrondissement, où l’on organisait des soirées corses et tsiganes, se souvient la cheffe. Pour aller chercher les musiciens, mon patron avait souvent besoin de moi comme traductrice, car la plupart d’entre eux étaient Roumains”. Depuis 2013, c’est “Marcel et ses frères” qui mettent le feu au Crion chez Cristina, tels les derniers passeurs du folklore venu de l’Est :

“Il y a de moins en moins de musiciens tsiganes à Paris, regrette Cristina. Avant, ils travaillaient surtout dans les restaurants juifs ashkénazes, où l’on organisait aussi des soirées tsiganes. Aujourd”hui, ils ont beaucoup de mal à trouver du travail, j’ai peur que ça se perde…”.

 

Une baisse de la clientèle, et donc du chiffre d’affaire, Cristina et Magalie avouent en avoir connu également : “Récemment, nous avons ressenti les effets de la crise économique – le chiffre d’affaire de cette année sera inférieur de 20% à celui de 2013” explique Magalie. Les clients du duo féminin sont majoritairement français et “font de plus en plus attention”, selon Cristina : “A la fin du repas, ils ne s’offrent plus un ou deux verre de vin, mais prennent juste le café” détaille la cheffe. Pour ce qui est de la clientèle roumaine, Cristina observe un changement de profils :

“Dans mon premier restaurant, je voyais surtout des personnes âgées. Elles évitaient de parler en roumain ou de copiner avec les voisins de table, comme on peut le faire dans un brunch américain par exemple. A ce moment-là, j’ai ressenti que la communauté roumaine de Paris n’était pas très soudée”.

Les vendredis et samedis soirs, c’est “Marcel et ses frères” qui mettent le feu au Crion chez Cristina

Les vendredis et samedis soir, c’est “Marcel et ses frères” qui mettent le feu au Crion chez Cristina

Aujourd’hui, parmi les clients roumains de Cristina, on retrouve de jeunes cadres, des médecins ou des étudiants qui “amènent leurs amis français pour les soirées tsiganes”. Fine connaisseuse de la communauté roumaine et du monde de la restauration à Paris, la gérante de Crion s’interroge sur l’avenir des commerces roumains dans l’Hexagone : “Il y a eu de nombreux restaurants, boutiques ou épiceries roumaines à Paris, mais elles n’ont pas eu une longue vie. Pourquoi ? Il n’y a pas une clientèle roumaine désireuse de les entretenir ? Nous sommes des centaines de milliers à vivre en France et nous devrions nous soutenir les uns les autres”.

 

De nature optimiste, la jeune entrepreneure garde l’espoir qu’un changement important pourrait bientôt se produire :

“J’ai été impressionnée par ce qui s’est passé à l’élection présidentielle – voir les Roumains manifester dans les rues de Paris, faire la queue pendant des heures devant l’Ambassade…” avoue Cristina, les yeux pétillants.

Et d’ajouter “J’ai toujours essayé de bien vendre et notre culture et notre image auprès des clients et de ma collègue associée même. Depuis 2004, sur la porte de mon restaurant ça a toujours été marqué « spécialités roumaines ». Et j’en suis très fière… ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s