Cultures du monde

Irina Pavlovici et son amour pour un peuple de migrateurs

Cu dragoste despre un popor de cuci” (Amoureusement sur un peuple de migrateurs) le premier roman de l’auteure roumaine Irina Pavlovici est sorti en mars de cette année aux éditions Vremea.

Née à Bucarest, Irina Pavlovici arrive en France en 1993, où elle entame un master en Finances internationales à l’HEC de Paris. Vingt ans plus tard, elle sort son premier roman : “Amoureusement sur un peuple de migrateurs”, l’histoire d’un couple mixte (elle Roumaine, lui Hollandais), basé à Paris. Au-delà du choc culturel entre les deux protagonistes du roman, Irina nous emmène, non sans humour, en plein coeur de la communauté roumaine de Paris : “Ce qui m’a poussé à écrire ce livre est le problème d’identité, avouait l’auteure lors de notre rencontre dans un café parisien.. J’ai passé la moitié de ma vie à Bucarest et l’autre moitié à l’Ouest (entre Genève et Paris). C’est venu de mes tripes. Je me suis sentie mieux après”.

images

C’est la crise traversée par le couple à la quarantaine et le désir d’enfant qu’Irina a mis au coeur de son roman. Dans le métro parisien, accompagnée par les chants des gitans, on suit l’héroïne, Oana, passer de l’angoisse à l‘extase, sur le point de perdre ses valeurs ou en train de remettre en question ses convictions. Un symbole de la lutte intérieure que chaque migrant donne avec soi-même : “La relation avec son pays d’origine c’est comme une relation de couple, après le divorce. On se demande à un moment donné si on devrait se remettre ensemble, on se retrouve autour d’un café et d’un coup tous les défauts du partenaire ressortent et on comprend bien pourquoi on n’était plus ensemble”.

Les personnages sont des prototypes, des caricatures même, reflétant les différences culturelles Est-Ouest, les dérives de la société roumaine contemporaine et son complexe d’infériorité :  “L’histoire est un mélange de mon vécu personnel et des expériences racontées par mes amis”. On retrouve ainsi Vlad, l’hétéro macho, Diana, devenue Diane et qui roule les “rrr” à la française, Alexandru, l’intellectuel qui a perdu ses repères et son statut dans la Roumanie post-communiste, ou encore Radu, le médecin gay rejeté par la société roumaine : “J’ai beaucoup d’amis gay qui sont partis de Roumanie à cause du traitement que la société leur réservait. Nous sommes un pays extrêmement traditionaliste, la religion y est pour beaucoup”, racontait Irina. Le personnage de Diane, elle incarne, selon l’écrivaine, le “clonage”  que subissaient les immigrés roumains avant la Révolution de 1989 : “Les gens qui arrivaient en France pendant la période communiste en Roumanie, n’avaient pas d’autres options que de devenir Français. A cette époque-là, ou tu étais Parisien, ou tu n’étais rien du tout. Maintenant, avec l’Europe, les choses ont évolué. On peut voyager d’un pays à l’autre, il y a moins de pression”.

Si le roman a été très bien accueilli par la diaspora roumaine de France et d’ailleurs, la surprise est venue des lecteurs restés au pays : “Actuellement en Roumanie, il est difficile de trouver des personnes qui n’ont pas au moins un membre de la famille qui soit parti à l’étranger. L’histoire touche donc tout le monde. Ce sont notamment les parents des Roumains qui ont émigré qui semblent l’apprécier le plus”.

Cu dragoste despre un popor de cuci” est disponible à la vente sur Internet.

Une traduction en français et anglais est également prévue et attendue par l’écrivaine.

Advertisements

3 réflexions sur “Irina Pavlovici et son amour pour un peuple de migrateurs

  1. Bonjour Irina, je suis beaucoup surprise de lire ces mots qui mon touche le cœur. Avec le paisire je te découvre et merci a toi qui pense à nous. Je vais revenir vers toi après acheter et lire ton livre. Bonne fête de fin d’année. Felicia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s