Manifestations

Rosia Montana – 15 septembre, troisième manifestation à Paris, Esplanade du Trocadéro

La communauté roumaine de France, soutenue par les associations de défense du patrimoine, le Parti Europe Ecologie les Verts et la presse spécialisée dans l’environnement, se réunit dimanche 15 septembre sur l’esplanade du Trocadéro, pour une troisième manifestation à Paris, afin de dénoncer le projet minier à base de cyanure à Rosia Montana.

Le sort de cette localité située en plein cœur de la Transylvanie se trouve dans les mains du Parlement, qui ne donnera plus son vote en procédure d’urgence (tel qu’annoncé en début de semaine par le Premier ministre), mais suite à un débat au sein d’une commission parlementaire spécialement constituée. Après avoir lancé, lundi dernier, que le projet minier à base de cyanure serait arrêté, car « les manifestations ont porté leurs fruits », Victor Ponta change à nouveau de discours et déclare avoir connaissance « de l’existence d’intérêts étrangers qui souhaiteraient bloquer plusieurs projets économiques en Roumanie ».

A Rosia Montana, la tension a monté d’un cran cette semaine. L’association ARA (Architecture –Restauration-Archéologie), qui organise son université d’été dédiée à la restauration du patrimoine à Rosia Montana, a été contrainte de clôturer ses activités sur place. En effet, plusieurs étudiants et organisateurs de l’université d’été, ainsi que les membres de la communauté locale ont été victimes d’agressions physiques et verbales de la part des représentants et employés de Gold Corporation. Dans son communiqué, l’association ARA précise que la population locale qui s’oppose au projet minier vit sous la menace de ce type d’agressions et l’intervention des forces de l’ordre, ainsi que des ONG spécialisés dans la défense des droits de l’Homme est clairement sollicitée.

En déplacement à Cluj, le Ministre de la Culture, favorable au projet d’exploitation aurifère à base de cyanure, a été accueilli avec des tomates (rosia en roumain), par des manifestants qui scandaient « Démissionne ! »

Selon le dernier rapport de l’Institut de Géologie en Roumanie, le projet d’exploitation minière à base de cyanure à Rosia Montana constitue un danger de taille et aurait des conséquences catastrophiques pour l’environnement pendant plusieurs centaines d’années. Les experts signalent également la présence de nombreux métaux rares (à part l’or et l’argent) dont les représentants de Gold Corporation préfèrent ne pas faire mention. Trois autres sites en Roumanie sont menacés par des projets miniers à base de cyanure (Certej, Baita, Baia Mare). Les manifestations vont se poursuivre jusqu’à ce que :

Le Parlement roumain (par le Sénat et la Chambre des députés) vote l’annulation du projet de loi;

Le gouvernement rejette en procédure d’urgence et par décision du gouvernement l’accord d’environnement;

Rosia Montana soit introduite sur la liste proposée par la Roumanie à l’Unesco;

Le cyanure soit interdit par la loi dans l’activité minière en Roumanie;

Les quatre initiateurs du projet de loi – le ministre des Grands projets (Dan Şova), la ministre de l’Environnement (Rovana Plumb), le ministre de la Culture (Daniel Barbu) et le directeur d’ANRM (ndlr Agence Nationale des Ressources Minérales) (Gheorghe Duţu) soient destitués.

1237052_531631693559193_17524481_n

Une nouvelle journée de forte mobilisation citoyenne est prévue pour dimanche 15 septembre, avec des manifestations organisées à Bucarest, Cluj, Iasi, Constanta, Brasov, Vienne, Prague, Barcelone, Chicago, Los Angeles, Montréal… A Paris, le rendez-vous est fixé sur l’esplanade du Trocadéro à partir de 16h.

Hervé Kempf (fondateur Reporterre) : « La Roumanie est un pays qui grouille de corruption. Cette mobilisation populaire est une très bonne nouvelle »

Laurence Hugues (commission transnationale Europe Ecologie les Verts) : « Danielle Auroi, Présidente de la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, députée écologiste, m’a transmis son soutien à cette mobilisation. C’est mon cas également, je fais passer ce nouvel appel ! »

Ioan Piso (Président de la Fondation Culturelle Rosia Montana) : « Peu d’entre nous savent qu’il n’y a pas que Rosia Montana qui a été cédée par l’Etat roumain, mais l’ensemble du quadrilatère aurifère dans les monts Apuseni, ainsi que de grandes parties de Maramures et  Banat. Rosia Montana n’est que la reine sur l’échiquier. Si la reine tombe, tout s’effondra. Nous ne pouvons permettre que cela arrive. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s