Manifestations

L’automne roumain a commencé

La journée de solidarité mondiale pour Rosia Montana, qui a mobilisé près de 30 000 personnes à travers le monde, a eu des conséquences surprenantes dès ce lundi 9 septembre. Le Premier ministre Ponta, après avoir donné son feu vert au projet il y a moins d’une semaine, a conclut ce matin “Le projet à Rosia Montana est clos. Les manifestations ont porté leurs fruits”. Une procédure d’urgence suivra au Parlement et, selon M. Ponta, le projet sera rejeté.

1001258_697781390235232_1697535555_n

Eugen David, Alburnus Maior

Pour les activistes et les représentants de l’association Alburnus Maior, “la lutte continue”. Les manifestations vont se poursuivre jusqu’à ce que :

Le Parlement roumain (par le Sénat et la Chambre des députés) vote l’annulation du projet de loi;

Le gouvernement rejette en procédure d’urgence et par décision du gouvernement l’accord d’environnement;

Rosia Montana soit introduite sur la liste proposée par la Roumanie à l’Unesco;

Le cyanure soit interdit par la loi dans l’activité minière en Roumanie;

Les quatre initiateurs du projet de loi – le ministre des Grands projets (Dan Şova), la ministre de l’Environnement (Rovana Plumb), le ministre de la Culture (Daniel Barbu) et le directeur d’ANRM (ndlr Agence Nationale des Ressources Minérales) (Gheorghe Duţu) soient destitués.

En 2002, le ministère de l’Environnement a classé Rosia Montana comme “zone mono industrielle”, bloquant ainsi tout investissement privé non lié à l’exploitation minière et tout investissement de l’Etat roumain dans l’infrastructure de la région.

Le 31 août dernier, la veille du commencement des manifestations, Rise Project publiait le contrat de licence accordé à la multinationale Gabriel Resources en 1995, dans le non-respect des conditions légales de publicité, transparence et mise en concurrence. On apprend également l’engagement de la société canadienne en 2000 à supporter les “frais liés à la participation du personnel qualifié provenant du gouvernement roumain ou de l’Agence ANRM à des conférences techniques et forums spécialisés, déroulés en Roumanie ou à l’étranger, des visites de travail effectuées par le personnel roumain aux mines”. La licence d’extraction aurifère accordée à Gabriel Resources prendra fin en 2018.

Dans une interview accordée à Ziare.com, le Président de l’Académie roumaine, Ionel Haiduc réaffirmait la position de cette institution face au projet minier de Gabriel Resources  (Gold Corporation) :

“L’exploitation aurifère dans les Monts Apuseni ne doit avoir lieu que si l’on respecte ces trois conditions : l’exploitation doit se faire dans des galeries souterraines et non pas à ciel ouvert, afin de ne pas porter atteinte à l’environnement et au patrimoine ; les bénéfices de l’Etat doivent refléter l’intérêt national ; l’exploitation doit se faire sans l’utilisation du cyanure ».

En ce qui concerne les risques auxquels s’exposerait l’Etat roumain en cas de résiliation du contrat avec Gabriel Resources, M. Ionel Haiduc a déclaré “La multinationale a dépensé beaucoup d’argent à sont compte, sans avoir obtenu les avis nécessaires pour démarrer le projet. Si ce dernier n’est pas approuvé, il ne leur reste qu’à revendre les maisons achetées ou bien  se reconvertir dans le tourisme”.

998494_579094992153633_754848703_n

Une nouvelle journée de mobilisations massives est prévue pour le dimanche 15 septembre. D’ici là, les manifestations continuent à Piata Universitatii, pour le 9ème jour consécutif. Solidaires avec les manifestants de Barlad (est de la Roumanie), les Bucarestois disent attendre également une loi qui interdise l’exploitation du gaz de schiste.

La multinationale Gold Corp Canada a déjà développé des projets similaires à celui de Rosia Montana, notamment au Guatemala et Honduras. Les rapports des ONG montrent à chaque fois les mêmes dysfonctionnements – les populations locales ne sont pas correctement informées sur l’impact du projet et les options dont elles bénéficient. Au Honduras, 60% des familles ont été touchées par des affections tel que la perte de cheveux ou les éruptions cutanées graves. Les villageois témoignent : “Ceci n’est pas un projet de développement, c’est le projet de la mort”.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s