Dossiers

Autour d’un rêve: interview avec Mihai Dascalu

Du 23 avril au 5 mai a lieu le 6ème Salon d’Art Naïf à Versailles. Parmi les participants au Salon, organisé par le Groupe International des Primitifs Modernes dits Naïfs, deux peintres roumains, Mariana Mihut et Mihai Dascalu, vont exposer leurs œuvres.

Qui sont les naïfs et qu’est-ce que c’est l’art naïf ?  Andreea Macea, responsable de la Communication pour l’UAP (Union des Artistes Plasticiens) Paris, est allée à la rencontre du peintre Mihai Dascalu


Mihai Dascalu est un peintre roumain mondialement connu  et apprécié. En 2010 et 2011 il a reçu le Grand Prix de l’American Art Awards et au fil des années il a exposé à Venise, Lisbonne, Tel Avive, en Grèce, aux Etats Unis et Canada, en France et dans les plus grandes villes de Roumanie. Auteur de quatre livres, écrits en collaboration avec Gustav Hlinka et Costel Iftinchi, il a publié également de nombreux articles autour de l’art naif.

Qu’est-ce que c’est l’art naïf et pourquoi avez-vous choisi cet approche de l’art ?

M.D. : L’art naïf est un moyen de représentation visuelle de nos rêves, de nos désirs et de nos pensées à travers la peinture. Il est autonome face à toute limite et contrainte. J’ai choisi l’art naïf, car cela me représente le plus : je me sens à l’aise et je peux aborder librement tout sujet qui m’intéresse.

Vos tableaux respirent la joie de vivre et la bonne humeur. Quelles sont vos sources d’inspiration ?

M. D. : Je suis né dans une petite ville, Victoria, qui se trouve aux pieds des Carpates. Ma première source d’inspiration est la réalité qui m’entoure : plus précisément, c’est la nature qui m’a fourni énormément d’idées et sujets à traiter. Sans vraiment sentir le désir de copier, je fais passer la réalité par le filtre de la réinterprétation naïve, qui m’est propre. Les gens simples de la campagne et les situations quotidiennes sont des thèmes récurrents dans mes tableaux.

Certains de vos tableaux traitent d’une manière comique la façon dont les hommes choisissent de vivre leur vie. Pensez-vous que vos œuvres tiennent place de morale (à l’instar des pamphlets) ?

M. D. : Mes tableaux contiennent plusieurs symboles, qui peuvent très facilement être découverts par le public. Cela tient de mon style gai et ma personnalité joviale. J’aime bien transmettre la bonne humeur. Aux visiteurs maintenant de faire très attention aux motifs que je viens d’évoquer.

images (1)images (2)

Vous préparez actuellement le projet World Naïve Art Awards Roumanie. Pourriez-vous nous en dire plus ?

M. D. : Je travaille en ce moment sur plusieurs projets, mais le désir de réaliser un projet de promotion des artistes naïfs à l’international me tient à cœur. Je pense que mettre en route un tel projet est nécessaire puisque les naïfs sont assez souvent marginalisés et sous-estimés. Le World Naïve Art Awards aura un jury composé de représentants de musées et galeries du monde entier, pour que l’évaluation soit équitable et professionnelle. Plusieurs prix seront accordés pour chaque catégorie et il y aura aussi une distinction d’honneur – le prix « Rousseau » : une statuette du grand artiste, symbole de la valeur de l’art naïf. Bien évidemment, cela demande beaucoup de travail, du volontariat et des fonds. Je suis ouvert à toute proposition de la part des personnes ou institutions qui souhaiteraient soutenir ce projet.

 Les œuvres de Mihai Dascalu peuvent être admirées du 23 avril au 5 mai dans le cadre du 6ème Salon d’Art Naïf à Versailles, Salle du Carré à la Farine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s